Vítám vás

Jindřich Polák, Ikarie Xb – 1, 1963

Chers lectrices, chers lecteurs,

Pour éviter la paralysie de la page blanche, j’inaugure à l’instant ce nouvel espace d’expression dont la modeste vocation est d’accompagner la thèse que j’ai débuté à la rentrée 2021, consacrée au cinéma tchécoslovaque des années 60, sous la direction de Frédérique Berthet à l’Université de Paris Cité.

Le souhait d’ouvrir de ce carnet a émergé à la suite d’une intervention d’Olivier Mouginot lors d’une journée d’étude organisée par l’Université de Franche-Comté autour des dispositifs créatifs qui peuvent accompagner les écritures de recherche. A travers la présentation de son “Atelier du Dire en français langue étrangère“, il montrait comment son carnet de thèse avait été le compagnon de ses recherches, autant qu’un espace déterminant dans la naissance et l’expression de sa “voix” de chercheur. S’il passe par là, qu’il soit remercié pour sa superbe présentation qui a certainement révélé de futurs carnetiers chez les chercheurs en herbe ou expérimentés. Ikarie naît également grâce à la lecture d’Acquis de conscience, carnet de thèse et d’après la thèse, tenu par Caroline Muller dont la plume spontanée et vivante nous donne à lire bien au delà d’un seul parcours académique, la trajectoire d’une doctorante, puis d’une docteure, d’une chercheuse et d’une enseignante, comme la plongée géniale dans l’histoire d’une subjectivité. Je la remercie pour ses “coulisses du doctorat” dont la sincérité m’a profondément touchée… et aidée depuis les quelques mois à peine que je débute la thèse.

En remplissant cette page blanche, je pense également aux Carnets de thèse de Tiphaine Rivière, lus lorsque j’étais encore en licence et que je me rêvais doctorante. Je souhaite que ce carnet numérique soit ainsi le journal de bord de mes années de doctorat, et que cette traversée se terminera par l’obtention d’un grade de docteure.

Je termine ce premier billet en souhaitant à toutes les personnes qui passeraient par là la bienvenue et un bon voyage à bord du vaisseau Ikarie. J’espère que ce projet saura attiser votre curiosité et engagera débats et réflexions sur l’histoire du cinéma, et plus précisément sur ce que l’on appelle Nouvelle vague tchèque et slovaque.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Garance Fromont (5 avril 2022). Vítám vás. Ikarie. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/q39u


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Mu Blondeau dit :

    Bonjour Garance,

    A mon tour d’inaugurer par un commentaire et un premier questionnement: l’usage veut-il qu’on s’adresse à vous par votre prénom?…
    Merci pour ce billet et votre enthousiasme! J’aurais été très curieuse d’écouter Olivier Mouginot…
    ” Les dispositifs créatif autour de l’écriture d’une thèse”, oui, j’aurais aimé découvrir ça.
    Je ne suis pas familière du cinéma thécoslovaque. Mais le choix se révèle parlant. Curieuse d’en apprendre plus.
    Bonne continuation!

    Mu Blondeau

    • Garance Fromont dit :

      Bonjour Mu, oui, on peut tout à fait s’adresser à moi par mon prénom.
      Merci pour ce commentaire qui montre que des lecteurs se promènent par ici et qui m’encourage grandement à poursuivre. Au plaisir d’échanger ici, ou sur votre site.
      Bel été et à bientôt,
      Garance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search