Skřivánci na niti (Alouettes, le fil à la patte)

Réalisé par Jiří Menzel d’après un scénario de Bohumil Hrabal

Avec Rudolf Hrušínský, Vlastimil Brodský, Václav Neckář, Jitka Zelenohorská

Image : Jaromír Šofr
Musique : Jiří Šust
Production : Filmové studio Barrandov

Sorti après la chute du gouvernement communiste en janvier 1990.

Ours d’or à la Berlinale en 1990 (ex-aequo avec Music Box de Costa-Gavras).

Le film

Le film se déroule à une période indéterminée, a la fin des années 1940 ou au début des années 1950, dans une décharge non identifiée, probablement l’aciérie de Kladno où Bohumil Hrabal a travaillé pendant une courte période. Des bourgeois sont envoyés afin de découvrir les valeurs et la vertu du travail. Ils doivent être rééduqués et réhabilités selon les critères du parti pour devenir de parfaits citoyens socialistes. A côté d’eux vivent des femmes condamnées pour avoir tenté de s’échapper à l’Ouest. Au grand désespoir des autorités, la petite troupe se révèle vite irrécupérable et persévère dans son ignorance. Le film tourne en ridicule les années 1950 et un stalinisme jusqu’au-boutiste qui en devient burlesque.

Skřivánci na niti est réalisé au studio Barrandov dans le cadre du nouveau groupe de création dirigé par Pavel Juráček et Jaroslav Kučera, créé en 1968. D’après Lukáš Skupa, “la version finale du film a été reçue par le groupe de création de Pavel Juráček et Jaroslav Kučera le 30 novembre 1968, et le conseil idéologique et artistique du groupe a recommandé sa réalisation le 17 décembre de la même année”1, c’est-à-dire pendant la courte période où la censure remise en place à travers l’Office de la presse et de l’information (UTI) ne s’intéresse dans un premier temps pas aux films de fiction. Avant sa finalisation, le film a subi des modifications relatives “à des motifs qui, dans le contexte politique actuels, auraient pu sonner différemment de ce que les auteurs avaient initialement prévu”, comme l’écrit Vlastimil Harnach alors directeur de Barrandov2. Toujours selon lui, ces changements ont considérablement “nettoyé” le film, et il peut donc être présenté à nouveau au directeur central”3. Malgré les modifications, le film n’est jamais sorti sur les écrans, jugé inapproprié au contexte politique et social. Harnach sera d’ailleurs licencié du studio en décembre 1969. Pendant une courte période de 1969 à 1974, Jiří Menzel a été tenu à l’écart des plateaux de tournage. Bien que toujours employé par Barrandov, ses projets étaient systématiquement refusés. Il revient à la réalisation en 1974, après avoir pris publiquement ses distances avec ses anciennes réalisations de la Nouvelle Vague. Skřivánci na niti a été redécouvert après la chute de l’URSS, alors que d’autres films du “trezor” ressortent. Vingt ans après sa réalisation il est sélectionné au Festival de Berlin en 1990 où il remporte l’ours d’Or.

La séquence

1h24’20 – 1h26’46

Il s’agit du scène coupée du montage original du film, rajoutée en 1990 pour l’exploitation du film. Cette séquence s’inspire des représentations de foule en liesse dans le cinéma de propagande soviétique, ici clairement mise en scène. Ils sont venus accueillir un Camarade, figure proéminente du parti, sous les traits duquel on reconnaît une caricature de Zdeněk Nejedlý, musicologue, fervent communiste, soupçonné d’être sénile à la fin de sa vie, habitué à des sorties publiques décalées. Il incarne ici une idéologie vidée de sa substance et dont les vieux défenseurs, sur le point de disparaître, ne font plus illusion. L’extrait joue sur le paradoxe entre l’exaltation du musicologue pour la beauté et la décharge dans laquelle se déroule la scène. Le Camarade répète la même question rhétorique, “où est la musique ?”, que l’on peut analyser comme un écho au travail de sabordage de Nejedlý qui, pendant ses années communistes a empêché la promotion de compositeurs majeurs de l’histoire musicale tchèque comme Antonín Dvořák au profit de Bedřich Smetana. Mais Smetana lui-même se retrouve privé de son statut d’artiste, Menzel ne se retenant pas d’user d’un jeu de mot bien connu en tchèque où smetana signifie également “crème fraîche”, et l’illustre compositeur en est réduit à un ingrédient du petit déjeuner. Les questions naïves de l’un des protagonistes à la fin de l’extrait prennent une ampleur politique. En effet “où est ce bon vieux temps où les gens s’estimaient et s’aimaient ?” souligne à quel point le stalinisme dans sa version la plus autoritaire a rompu avec les idéaux socialistes de 1948.

Notes :

  1. Lukáš Skupa, Vadí– nevadí, Prague, Národní filmový archiv, 2016 (Je traduis).
  2. Ibid.
  3. Ibid.

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Garance Fromont (8 juin 2022). Skřivánci na niti (Alouettes, le fil à la patte). Ikarie. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/q3a1


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search