Bilan Mai 2022, de la difficulté de constituer un corpus

Travaux en cours

Václav Vorlíček, Kdo chce zabít Jessii?, 1966

En ce moment de mai, me voilà de nouveau à l’assaut du corpus. Je trouve extrêmement difficile de délimiter des bornes de l’objet d’étude, de trier entre elles les œuvres pour distinguer celles qui entreront tout à fait dans le corpus analysé, de celles qui resteront plus périphériques. Telles sont mes réflexions au sujet des “films du dégel”, ces comédies populaires réalisées dans les années 1960, en parallèle de la Nouvelle Vague.

En ce mois de mai 2022 je découvre le travail et l’influence de l’artiste dissident tchèque Kája Saudek. Il est l’auteur du roman graphique Muriel a andělé (Muriel et les Anges) scénarisé par l’écrivain Miloš Macourek, également scénariste de cinéma Inspiré de la bande dessinée française Barbarella, Muriel a andělé raconte les aventures interspatiales d’une plantureuse physicienne, la Dr Muriel Ray, et de l’ange Ro. Quelques planches sont publiées en 1969 dans la revue Mladý svět, avant que la bande dessinée ne soit censurée. Saudek passe par la case prison pour détention d’images pornographiques et il reste l’un des artistes visuels les plus ciblés par le gouvernement communiste. A partir de 1979, il collabore avec la société tchèque de spéléologie qui finance plusieurs de ses publications sans attirer l’attention de la censure. Il m’intéresse tout particulièrement car il a collaboré à un film remarquable réalisé en 1966 par Václav Vorlíček, Kdo chce zabít Jessii? (Qui veut tuer Jessie ?). Devenu un classique de la comédie populaire, Kdo chce zabít Jessii? est une véritable expérience transmédiale, à l’intersection entre le cinéma et la bande-dessinée. Mettant en scène une super-héroïne qui n’a rien à envier à Wonder Woman, le film joue sur des effets de parodie et de relecture des comics strips américains, alors conspués par le gouvernement communiste. Kája Saudek collabore au film en dessinant les personnages de la bande-dessinée, ainsi que l’affiche. Il introduit également Olga Schoberová dont il s’est directement inspirée pour créer le personnage.

Bruce Williams remarque que le cinéaste Václav Vorlíček a souvent été cantonné par les historiens aux marges de la Nouvelle vague, considéré comme un auteur “conformiste, apolitique, fuyant la réalité”1. “Cependant”, remarque-t-il, “il était clairement influencé par le même climat artistique du milieu des années 1960 qui inspirât la Nouvelle Vague”2. Il s’agit là aussi de remarquer que le cinéma dit “populaire” car il rencontre du succès auprès du grand public, n’est pas totalement hermétique à ce qui se développe dans la veine du cinéma dit “d’auteur”, travaillé par des évolutions formelles et génériques. Autrement dit, un mouvement esthétique ne naît pas ex nihilo et, notamment lorsqu’il s’inscrit dans un système industriel, il dialogue avec les autres films produits par cette industrie. Ainsi, les œuvres de Václav Vorlíček restent un contrepoint tout à fait original aux œuvres traditionnellement reconnues dans le corpus de la Nouvelle vague tchécoslovaque.

Carnet de lecture

Věra Chytilová, Sedmikrásky, 1966

Vincent Amiel et José Moure, Histoire vagabonde du cinéma, Paris, Vendémiaire, 2020

Tentative originale que cette Histoire vagabonde du cinéma qui va à contre-courant d’une histoire traditionnelle chronologique, en proposant une traversée des formes à diverses époques, « une histoire des œuvres et de leur création que nous proposons ici au lecteur, une histoire des formes, dans laquelle se font écho, au travers de champs d’expression variés, […] les histoires individuelles des films, des cinéastes, des acteurs et des actrices, et les façons qu’ils ont eues d’incarner le cinéma et de dire le monde »3. En ouvrant chaque chapitre par une confrontation de plans entre eux, l’ouvrage réinscrit l’image dans un discours historique en évitant l’écueil de la reléguer au rang d’illustration ou d’évocation (voire de fétichisation). Cependant, par sa trajectoire éclatée, l’Histoire vagabonde apparaît comme inéluctablement lacunaire, et l’apprentie chercheuse en cinéma tchèque que je suis ne peut s’empêcher d’être déçue par l’absence de cinéastes emblématiques, à commencer certainement par Miloš Forman. Un tome 2 en préparation pour y remédier ?

Georges Sadoul, Histoire du cinéma mondial : des origines à nos jours, Paris, Flammarion, 1973

Dans la nouvelle édition revue et augmentée de 1973 est adjointe une préface tirée d’une communication de Sadoul à Venise lors d’une Table ronde sur l’historiographie du cinéma. Ce document propose une critique des différentes sources utiles à l’historien de cinéma, sources orales, sources écrites et sources sur pellicule et les difficultés qu’elles posent à l’analyse. Aussi faut-il, avant toute chose, se demander quel film regarde-t-on ? Sadoul rappelle qu’« Un historien du cinéma ne doit pas ignorer non plus que les films peuvent au cours de leur carrière, connaître des mutilations et des travestissements plus graves encore qui aboutissent parfois à une défiguration plus profonde souvent que celles des œuvres littéraires manuscrites ou imprimées ». Les films peuvent donc être altérés, présenter des cas des multiversions (dans le muet bien sûr et les différents négatifs, mais aussi dans le parlant cas des versions multiples en langue étrangère), ou encore des cas des scènes manquantes ou perdues. A la fin de ce document tout à fait intéressant, il invite les historiens à réinscrire l’analyse des images dans leur travail d’écriture, rappelant l’existence dans les années 1940 de publications italiennes dans la collection “Poligono” qui “analysèrent le montage des films, plan par plan, numéro par numéro, en appuyant cette analyse par la publication de photogrammes tirés de la copie positive étudiée, la description de tous les plans, leur longueur en mètres et en secondes etc…”. Sadoul pratique assez peu l’analyse de séquences dans les chapitres consacrés à l’histoire du jeune cinéma tchèque. Néanmoins les problématiques qu’il soulève dans ce texte rappelle que les films ne sont pas des objets lisses et transparents, mais que faisant leur histoire, il faut aussi s’intéresser à l’histoire de leur production, de leur support et de leur diffusion.

Vu, lu entendu

Exposition Champollion à la BnF François Mitterand

Carnet de notes manuscrit – Copies d’inscriptions de momies – Jean-François Champollion Le Jeune – BnF, département des Manuscrits

L’aventure Champollion retrace, non pas seulement le destin d’un homme, mais surtout la grande aventure intellectuelle que constitua la redécouverte de l’Egypte antique au XIXe siècle. A travers des documents étonnants tels que les 9 neufs tomes massifs de la Description de l’Egypte ramenés par les scientifiques de l’expédition napoléonienne, l’exposition rappelle que ce mouvement s’inscrit dans une campagne d’expansion de territoire. L’exposition raconte également en creux l’histoire du département des manuscrits de la BnF qui conserve encore aujourd’hui des documents d’une extraordinaire raretés, tels que le Papyrus mythologique de Tanytamon. Les documents les plus fascinants sont sans doute les manuscrits autographes de Champollion qui raconte l’histoire du déchiffrage de de la pierre de Rosette, mais aussi des tentatives qui ont précédé pour comprendre le secret des hiéroglyphes. Un autre regard sur l’archéologie et l’analyse des textes antiques.

Varsovie 83, une Affaire d’Etat un film de Jan P. Matuszynski (2021)

Tomasz Zietek dans Varsovie 83, une Affaire d’Etat (2021)

Depuis quelques années, les dérives autoritaires des gouvernements communistes constituent un sujet particulièrement en vogue pour la production cinématographique d’anciens pays du bloc de l’Est, notamment en Europe centrale. Si ces films qui frôlent parfois le grand spectacle restent profondément inégaux, il y a là le signe d’un passé traumatique qui refait surface après avoir durablement été enfoui même après la chute de l’URSS. Dans Żeby nie było śladów (Pour qu’il n’y ait pas de traces), Jan P. Matuszyński exhume le destin tragique Grzegorz Przemyk, victime innocente de la milice citoyenne, ainsi que le combat de sa mère, poétesse dissidente proche de Solidarność, pour que la justice soit rendue. Tourné en 16mm souvent à l’épaule, le film s’inspire du style du cinéma-direct pour infiltrer jusque dans les coulisses du pouvoir les responsables de cet assassinat déguisé puis du procès truqué. Comme beaucoup de la production similaire, il interroge sur les choix de représentations de la machinerie soviétique, entre effort de l’image juste et piège de la caricature outrancière. En regardant le Général Czesław Kiszczak impassible derrière ses lunettes, on se demande s’il n’y a pas les mêmes méthodes de décrédibilisation stéréotypée mises en place par les communistes pour faire triompher la “vérité”.

Ma famille afghane de Michaela Pavlátová (2021)

Ma famille afghane de Michaela Pavlátová (2021)

Récompensé par le prix du jury au Festival d’Annecy, Ma famille afghane, long-métrage d’animation de la cinéaste tchèque Michaela Pavlátová est inspiré du roman Frišta écrit par la reporter de guerre Petra Procházková. Une jeune femme tchèque tombe follement amoureuse d’un homme et le suit jusqu’à Kaboul. Elle y rencontre son nouveau pays et sa nouvelle famille, tout en faisant face aux multiples différences culturelles qui la séparent de ses nouveaux semblables. Ne parvenant pas à avoir d’enfant, le couple adopte un petit garçon rejeté en raison de sa différence, qui devient très rapidement un rayon de soleil pour l’ensemble de la famille. Sans faire de concessions ni simplifier son regard, Michaela Pavlátová raconte une autre histoire des femmes afghanes et des oppressions qu’elles subissent, tout en proposant un vibrant plaidoyer pour la reconnaissance de la différence. Un film poétique et engagé qui prend une résonnance d’autant plus effroyable avec le retour des talibans au pouvoir.

Le Baromètre du doctorat par Maddy Nightingale

Et pour finir Maddy Nightingale, quadripède bien informée, experte en météorologie doctorale, vous livre son bulletin pour le mois de mai 2022.

Chères lectrices, chers lecteurs,

Malgré une apparente accalmie, le temps reste couvert. Commencent à être publiés les premiers appels à candidature pour les chaires de “professeurs junior” mises en place par la loi de programmation pour la recherche. Présentée comme une “nouvelle voie de recrutement permettant d’accéder à un emploi de titulaire dans le corps des professeurs de universités et assimilés ou de directeurs de recherche”, beaucoup de membres de l’ESR ont exprimé leurs inquiétudes face à une précarisation toujours plus accrue du statut des universitaires. Il est demandé aux candidat.e.s de présenter un projet de recherche ainsi que des résultats tout au long de son contrat qui peut aller jusqu’à 6 ans, ainsi que pour valider sa titularisation, la capacité à gérer une équipe et un budget, comme si la fonction de professeur des universités se confondaient avec celle d’un chef de projet. Que se passera-t-il pour les maîtres de conférence titulaires d’HDR qui attendent l’ouverture de postes de professeur ? N’allons-nous pas avoir une cohabitation de deux systèmes de recrutement qui risquent de se parasiter entre eux ? Elément attendu, pour l’instant les heureu.x.ses recruté.e.s ont des profils finalement assez peu juniors ou sont des “super-publieurs”, une étape de plus dans la subordination de l’activité scientifique à une logique de production et de rendement. S’il est encore difficile d’évaluer si ces nouveaux postes permettront in fine aux jeunes chercheur.se.s de trouver plus facilement des postes, le climat actuel nous invite à la vigilance.

Votre dévouée auteure, Maddy Nightingale
  1. Bruce Williams, “Comic-book artifice: Olga Schoberová’s hyper-femininity
    in Václav Vorlíček’s Who Wants to Kill Jessie?”, Studies in Eastern European Cinema, 8:2, 146-159,
    DOI: 10.1080/2040350X.2017.1304691
  2. Ibid.

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Garance Fromont (6 juin 2022). Bilan Mai 2022, de la difficulté de constituer un corpus. Ikarie. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/q3a0


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search